Poésie Bleu Souterrain

le tome V le publication X
 
CoverforIssue50


La Couverture Art/Photo:

Paris Bleu: "o’ Paris, tendre est mon coeur, la nuit"

Courtoisie de la Bibliothèque Britannique










 
""o' bleus calme

l'abbaye de pierre

pluie de Paris . . . "


"pluie, pluie et pluie d'été

regarde et regarde

les arbres calme

il m'a fait longue

pour ma mien liberté

à l'intérieur

ses bras

o' coeur cliquette

Dieu a fait toi parfait

baume et chênes Ryan

el Sorenson

la nuit, je

etoiles de feu tombant,

tombant,

lucioles rouge

poussière d'étoiles blanche

tombant

nuits de champagne et beurre d'arachide"


"o' sommeille et someille

orange et bleus

pluie de Paris. . ."










Poésie Bleu Souterrain
le tome V le publication X
 
(Octobre 2017)










SubterraneanBluePoetryLogo
 
Poésie Bleu Souterrain

www.subterraneanbluepoetry.com
 
  © 2017










Heaven and Hell in Paris

by Marjorie Thomsen


From the street I see where she is headed

with her bread, a baguette. Its length not close

and crisscrossed against her chest.

but perpendicular to her hip, it’s an object,

something airy she’ll carry

handover as his guest, before they undress. I’m across

from the wide-open window of the waiting man,

his head hanging out, coppery and damp.

I’m eating separating thick-sauced chicken meat

from it’s bone at Café d’Enfer; Hell,

The waiter translates. I arrange the last

yellowed pilaf grains to get on my fork.

There’s a bell, a buzz, then the perfect click

of a door popping and unlocking. In my

mind she takes her heals up four flights

of matte-green marble, making her think:

ripening apple. There are cheeses in a bag

on that woman, too; ones with names

she’ll never say to the man

but all the letters and accent marks

will reassemble to become confessions.









Exit at the Right

by Baisali Chatterjee Dutt


I used to be an existentialist.


I would prick

at my consciousness

with knitting needles

and puncture my lungs

with cigarettes,

for no other reason but

self-affirmation.


I was moody,

            broody,

a real sullen Sally,

longing for Paris

and a lover like Sartre.


Then,


the real world called

and my daily experiments with existence

became redundant.

Life kicked me in my throat

and I bled freely

                    and unwillingly.

What is absurd

is that a chair

is a chair

is a chair

and it was always there.


It is just as well.

Black coffee

was never my cup of tea.









Paris, a trance!

by Subhadip Majumdar


Yes! Paris is a trance to me

A love that paints me very well

It is like the silence of the Notre Dame Church

Like a sacred song of an ancient dawn as I lay beneath the Eiffel throughout the night

With the stars seeing me and I read in the first light “A Moveable Feast”

It is like a young girl of different moods sometimes with a smile, sometimes with tears

Like the night with a seductive lady of Moulin Rouge

Like a lonely tramp on the road

The old book stalls across the Seine

The pamphlets of the Second World War faded but still with invisible blood marks

The French editions of Verlaine or Baudelaire

Or the novels of Zola

It is like the smile of the lady at the riverside who held my hand and said, “Merci!”

I don’t know why but I then kissed her hand

It is like the candlelight of the inner Church

Or the bell from which Quasimodo the hunchback had hung himself

It is like Hemingway’s walk across the Latin Quarter

His stop at Closerie De Lilas

It is like the artist square of Montmartre

It is like a painting of an adolescent girl of Renoir

It is like the smile of Mona Lisa at the Louvre

It is like the anytime rain and the beautiful white clouds

It is like standing alone before the tomb of Apollinaire and uttering his poem

It is like finding yourself in your favourite bookshop and realizing it is not a dream

It is like being in love again and again

It is like being loved and a bit of pain, still searching for words

And writing them in Paris

It is like the existence

It is like solely forgotten and then one day is remembered as a Poet

It is like the secret promises

I make

I utter

I whisper

Of coming back here again

In search of a home

A little bit of soil where I would sit and write and dream

And then sleep

Paris, you are a trance to me

Paris you are my love!










Poète vedette: Dante Gabriel Rossetti

The Staircase of Notre Dame, Paris

by

Dante Gabriel Rossetti



As one who, groping in a narrow stair,

Hath a strong sound of bells upon his ears,

Which, being at a distance off, appears

Quite close to him because of the pent air:

So with this France. She stumbles file and square

Darkling and without space for breath: each one

Who hears the thunder says: “It shall anon

Be in among her ranks to scatter her.”

This may be; and it may be that the storm

Is spent in rain upon the unscathed seas,

Or wasteth other countries ere it die:

Till she,—having climbed always through the swarm

Of darkness and of hurtling sound,—from these

Shall step forth on the light in a still sky.










Missed Connections

Craigslist Maine – Missed Connections – March 11th, 2017 – César Vallejo



I will - m4w


die in Paris, on a rainy day,

on some day I can already remember.

I will die in Paris - and I don't step aside -

perhaps on a Thursday, as today is Thursday, in autumn.


It will be a Thursday, because today, Thursday, setting down

these lines, I have put my upper arm bones on

wrong, and never so much as today have I found myself

with all the road ahead of me, alone.


César Vallejo is dead. Everyone beat him

although he never does anything to them;

they beat him hard with a stick and hard also


with a rope. These are the witnesses:

the Thursdays, and the bones of my arms,

the solitude, and the rain, and the roads . . .

César Vallejo










Critiques de livres



Cinematique: Une Extrait de Sunny girls par Sandra Moussempès.


Byline: Poésie Bleu Souterrain

Titre de livre: From: Sunny girls (extraits)

Auteur: Sandra Moussempès

Traducteur: Eléna Rivera

Éditeur: above/ground press

Date de publication: 2017

Pages: 16


“I'm friends with the monster that's under my bed
Get along with the voices inside of my head”
- from The Monster by Eminem


Un traité fantastique sur le désir et les bords de savoir et de ne pas savoir, brise l'idée de dépense à travers les brumes du manque de compréhension, un art nouveau thinkpeace. Les extraits sont présentés en anglais et en Français, la poésie de Sandra Moussempès, traduite par Eléna Rivera. Sandra Moussempès (poète, professeur d'écriture créative, chanteur, musicien, traducteur) est né à Paris. Elle est publiée en France et à l'international, ayant écrit neuf livres de poésie.

La poésie est dans le narratif brisé première personne, ésotérique, pensée disjointe tournée en cercles, énigmatique. C'est comme si elle parle d'un concept indéfinissable, peut-être une grande obscurité sombre, au fond, un monstre. Le thème se présente comme une mauvaise communication, un manque de compréhension. Elle parle de sa bouche, de façon intermittente, quoi cela signifie parler, ce que cela veut dire, l'idée de souhaits. L'idée d'etranger, ce que cela signifie d'être jeune femme désirable au bord de la fantasie d'un homme. L'idée de l'intrusion, l'idée des coûts associés à l'intrusion. La poésie commence un dialogue, est fraiche, une présentation de la subtile comme violence, suggérant un film. Le cinématique présente comme image, regarde un film, des acteurs / actrices, des sous-titres comme dans un univers parallèle.

“THE ROUSSET PASS

I write while watching a film about a fox.
I am sitting dressed in green
I wore this sweater a long time rather like some kind of terrifying game
Stretches of forest are knitted there while the farmer STRIPS the trees from the thicket”

Jouant dans l'ombre des affects culturels, le Poète présente, met dans la lumière le pouvoir des pensées, quelque chose d'apparemment inoffensif qui peut ne pas l'être. Et l'idée de la violence, l'idée de l'intrusion. La poésie est une l'innovation dans le style, un brillant travail poétique de New Age Renaissance Republique, From: Sunny girls par Sandra Moussempès, traduit par Eléna Rivera.

Disponible @ above/ground press.













poorsong one: poésie en expérience extasié.


Byline: poésie bleu souterrain

Titre de livre: poorsong one

Auteur: Lisa Robertson

Éditeur: above/ground press

Date de publication: 2017

Pages: 16


“The White Lightening – On a dead end street”
- from White Lightening by Def Leppard


poorsong one par Lisa Robertson est une poésie qui vit dans une expérience extatique, un traité d'amour dans la guerre économie. Lisa Robertson est un poète qui fait Chapbooks et vit dans le petit village de Nalliers en France, à l'origine elle vient de Vancouver. C'est le deuxième Chapbook qu'elle a publié avec la above/ground press, le premier étant “On Physical Real Beginning and What Happens Next” (2012).

Cette poésie est une création joyeuse. Peut-être le produit de l'amour série, la tendance douloureuse des débuts finis et la dissonance karmique qui manifeste la violence et une économie de guerre endetée. Comme si une célébration d'une nature anormale la luminosité autour des yeux qui conduit souvent à la brillance et à la tragédie. À la fois un appel de liberté et un appel à l'amour, le poète lance la prudence sur le vent et la poésie fleurit dans la chanson.



“Day Opens on Water

You say the Water is not a Grave

Over the still mirror of Water

Love moves the Bright Shadows

Penetrates Borders”


Une offre symboliste énigmatique dans la livraison de tir à l'arme à feu staccato, c'est comme si la page était un horizon sombre et la poésie émerger sur la montagne est une pure lumière blasonée. Le fil de l'imagerie à travers le travail est des chansons ou du chant avec des images du monde naturel. Le travail souligne différentes perspectives sur les relations amoureuses, comment la théorie antiethique cherche à toujours être dans une relation d'amour intime souvent avec des amoureux révolutionnaires quand l'ordre naturel de l'univers est que tout le monde devrait être dans un mariage heureux d'alliance à long terme à leur Fated One, ou quelqu'un sur un signe positif de Dieu qui dure pour toujours.

Un rendu brillant de "où l'amour est-il allé", un regard neuf sur tous les versets sataniques qui chantent dans la guerre, poorsong one par Lisa Robertson.

Available @ above/ground press.













Paris Bleu

(extraits)

par

Rebecca Anne Banks



"Le passé est toujours présent, si parfois dans le chemin de ces esprits de film qui peuvent être vus dans la chambre, mais pas dans le miroir, ou vice versa".
- de The Other Paris par Luc Sante


“ciel sombre bleu encre

impossible lune d'hiver neige

le froid et calme . . .”


il écrit

sur la route

passé la ville de l'industrie en tissu

passé une place de, pour 650 ans

se souviens

ce que je me souviens . . .


o’ Paris, tendre est mon coeur, la nuit.









“Je ne sais pas quel instinct secret exerce les mêmes classes ou les mêmes professions toujours vers les mêmes endroits. Voleurs, pickpockets, mendiants, marcheurs de rue, l’artistes de rue n'ont pas encore quitté les hantes qu'ils ont habité depuis le moyen âge.”
- de The Other Paris par Luc Sante


"o’ bleuciel

penombre

arbres silence

silhouettes noires

danse . . . "


épouvantails

des les villenuits

jouets garçons et cattarooms

(chat pugenbellia

joue avec nouveaux jouets)

winken, tods et eddies

sorcières de nuit

à travers les cavernes de le sombres

marche

parmi les gens de l'ombres

vivre dans la rue

perdu,

les tsiganes de beaucoup tissus colorés

danse

harlequins, dans la route

dans l'anarchie de rien

comment la ville vieille devient ruiné par l’argent

comment les gens d’ombres danse

par nuit, par ciel

et bleu


o’ Paris, tendre est mon coeur, la nuit.









“. . . à arrête, à voir, à remarque de petits changements et a on attention pris par un aveugle tiré, par un volet fermé, par une porte-magasin sans son manche, par le petit carré d'un notifier blanc, Fermé pour cause de décès ou fermé jusqu’au ler septembre, par un peintre signe peignant dehors un nom familier, par un visage d'enfant à une fenêtre, par un géranium en fleur.”
- de The Other Paris par Luc Sante


“bleu profond

et ciel lavande

soleil lumière

dans des arbres calme

souffle . . .”


dans à le calme de la nuit

le calme du le jour

le vin Espagnol sur tes lèvres

une carte

aux sites de la bombe christian

elle

(le feu de la rue

printemps)


j'achète

un grand carré de gâteau

glaçage blanc d’épais

place à l'intérieur mon sac

vers le bas le couloir

à boutique des mes cousins Chinois

celui qui vend des boucles d'oreilles

le bleu et les coeurs genre

elle qui vend de l'argent antique et des écharpes

les écharpes si grands

une dans chaque coleur

aujourd'hui, il est assis

arriere le table de magasin

calme,

je regarde travers le nouvel art

c’est calme

je regarde dans à mon sac

le haut du glaçage

coupé du gateau

est parti

mon cousin disparaît

dans à le dos

mais où est le glaçage de mon gâteau?

mystères non lié

“le fantôme des gâteaux petites”

quand nous étions petite

nous mangions le glaçage

coupé le haut des gateaux petites

et lançons le gâteau loin

maintenant, quand je le vois

je l'appelle

“le fantôme des gateaux petites”

(mais ce n'est peut pas s’a été)


bleu, bleu, bleu Harvey

le compteur de pluie

pluie metier

sans et santé,

o’ Greta Garbo


o’ Paris, tendre est mon coeur, la nuit.









“Il n'y a pas tel chose de société parisienne; il n'y a pas de Parisiens. Paris est rien mais un campement de nomades.”
- Henri Lecouturier (philosophe, avocat, républicain, activiste social) mid-1800’s Paris, France


“foncé

l’oiseau arbre jarret

dans l'arbre

ciel bleu

. . . et gris”


allongé sur le canapé de Jane

rien beaucoup faire

parfaitement drapée à travers

ton corps

ensoleillement et l’ombres

joue à travers votre visage

à travers le fredonne de sombrement

souches de Madama Butterfly . . .

le public regardent

silencieux

je ne me souviens pas la dernière fois

j'ai eu le mal des transports

(gargouilles en pierre

d'un mille ans passé)

ai avalé le pyjama des chats

aurions pu echangé notre âme

pour morte

(mais ils ne nous le diraient pas)

aurions pu echangé notre âme

pour les billets de train

à Paris

mieux mourir dans un rêve . . .


à une distance

grillons doux dans le bleuciel,

pas mon bleuciel

bleu


o’ Paris, tendre est mon coeur, la nuit.









“Quand en été soleil a rayonné ses rayons régulier vers le bas sur Paris, une feuille d'or, pointu comme une lame de sabre, a allumé momentanément les ombres de la rue sans est pourra sèche l'humidité permanente qui a dominé ces maisons noires et silencieux du rez-de-chaussée à la seconde. Les habitants qui, en Juin, ont allumé leurs lampes à cinq heures de l'après-midi, jamais ont épuisé leur dehors à tout en hiver.”
- Honoré de Balzac (romancier, dramaturge, essayiste, critique littéraire) (1830) décrit la rue du Tourniquet-Saint-Jean


“ensoleillement

chante chanson

ciel . . .”


et les nuages marsala roses

lentement, a fondu dans à nuit

idlewiles

courent avec la lune

un entier histoire de guerre

dans son histoire d'amour

une série de visages

le mors de Sébastien

l’os Winston’s

d’hiver

prévisions et météo:

bleus

bijou le ciel

bijou la rivière

il n'y a pas de confort

coeur règle la spia glo

le papillon

un film

en tonalité sépiatique

avec des étoiles,

tombe et tombe

à la fin de nuit


(la nuit rugit dans ses oreilles

se brosse avec le ciel,

o’ le bleu en bleus

la nuit . . .

si pointu, le bord

sans toi).


comme si l'été

à travers une fenêtre ouverte

les briques blanc

sur dentelle froide

je forme

une corde

l'accroche

de la porte

le corps accroche dans le

brise fraiche

la fenêtre demi-ouverte

dans le penombre

je tombe dans à le miroir . . .


Elle dit: “Je suis une personne de la rue

avec un appartement”

l'île de la mer du soleil

l'a traversé,

mon confesseur

sa tête un paysage, silence

l'offre de coquillages

dans chaque couleur

toutes les tailles

bella

(trop d'empreintes d'Imogène)

bordant toutes les étagères, les tables

tout le chemin haut la mur

sur tout donna samedi apres-midi

en été

elle tenait la coquillage

en ses mains

la beauté,

la magie

retournez,

comme si elle suce un bonbon

hésitant à le dépose

et puis, elle pouvait

ramasse immediatement un autre une

tout la tandis que

parle sur les endroits

les endroits de lumiere

les endroits de sombre

le film

sync bobine

où personne

vraiment ont existé

les îles de Tretheway

à une distance

comme si réveille d'une transe

elle devenue silencieux

acheté ses achats

content


il jamais dit plus trop

il était marié,

avec des enfants

a pris tous ses coquillages

à l'exposition dans l'automne

quand elle est partie pour l'île bleue dans la rivière

elle a apportée tout ses

coquillages

et mis leur dans

le hauts de

les pots de plantes

fleurs et coquillages

tout à travers d’hivers longue

bleu


o’ Paris, tendre est mon coeur, la nuit.










Biographie


Rebecca Anne Banks vit dans la New Age Renaissance Republique of Poetry. Elle est l'auteur de plus de 30 livres de poésie, un guide pour le Saint-Esprit, un aperçu sur le discernement conjugal, un livre de cuisine familial, un livre d'histoires d'enfants, un livre des bulletins de la paix mondiale, tous disponible sur www.amazon.ca. Elle a produit 3 CD's of Folk/Rock music et dispose de 17 CD de musique en attente de production. Elle est légèrement cerveau endommagé depuis la naissance qui n'a pas été diagnostiqué, qui lui a donné un handicap caché. Elle est également directrice générale/artiste à Tea at Tympani Lane Records (www.tympanilanerecords.com), The Book Reviewer à The Book Reviewer (www.thebookreviewer.ca) et the Quilt Artist à Kintsugi Art Quilts (www.kintsugiartquilts.com).

Baisali Chatterjee Dutt, ancienne chroniqueuse et agonie tante pour le magazine Mother & Baby et a compilé et édité deux volumes pour la Soupe de poulet pour la série Indian Soul. Elle a autorisé Sharbari Datta: The Design Diva, une biographie sur l'une des Calcutta's leaders dans le monde de la mode. Sa poésie a été publiée dans diverses anthologies et magazines, imprimés et en ligne, tels que "The Blue Spider Press", "The Algebra of Owls" et "Veils, Halos and Shackles", pour n'en nommer que quelques-uns. Son autre passion est le théâtre. Elle a joué avec certains des meilleurs groupes de théâtre d'anglais de l'Inde. Actuellement, elle est animatrice de théâtre chez The Creative Arts Studio et Sri Sri Academy.

Sudahip Majumdar. C'est Sudahip Majumdar, un écrivain poète d'Inde. Il est certifié en écriture créative de l'Université de l'Iowa. Il a également édité depuis longtemps un journal de poésie Bengali renommé. Écrit un bref roman en tant qu'écrier de Tumbleweed dans Shakespeare and Company, Paris. Deux livres de poésie publiés et un roman en cours de publication.

Sandra Moussempès est un poète/créateur créatif enseignant/chanteur/musicien/traducteur et est né à Paris. Elle est publié en France et à l'international. Elle joue également dans les festivals de poésie. Elle a écrit 9 livres de poésie, y compris Exercices d'incendie (1994), Captures (2004), Photogénie des ombres peintes (2009), Acrobaties dessinées et Beauty Sitcom (2012), Sunny girls (2015) parmi d'autres.

Eléna Rivera est un traducteur et poète. Elle a remporté des prix pour ses traductions, y compris le Robert 2010 Prix Eagles et une bourse de documentation en matière de littérature nationale pour les arts en 2010. Elle a traduit travail d'Isabelle Baladine Howald. Ses livres de poésie les plus récents sont The Perforated Map (2011), On the Nature of Position and Tone (2012), Atmosphered (2014), Scaffolding (2017).

Lisa Robertson est née à Toronto et a vécu à Vancouver depuis 23 ans, vivant actuellement dans la vallée de la Loire, France. Elle est écrivain et enseignante et a été libraire indépendant. Elle était l'écrivain-en-résidence au Université Simon Fraser en 2010 et a reçu un doctorat honoraire en 2017 par l'Université Emily Carr. Elle a écrit au moins 9 livres de poésie et 2 livres d'essais, dont The Apothecary (1991), The Badge (1994), The Weather (2001), A Hotel (2003), 3 Summers (2016) parmi d'autres.

Dante Gabriel Rossetti (Poète / illustrateur / peintre / traducteur) né en Angleterre pour les ex-patriotes italiens. Il a fondé les pré-raphélites et a influencé le mouvement esthétique et les symbolistes européens. Son travail a été influencé par le poète John Keats. Il est le frère du Poète Christina Rossetti, critique William Michael Rossetti et auteur Maria Francesca Rossetti. Sa vie personnelle comprenait ses muses et ses modèles en particulier, Elizabeth Siddal, Fanny Cornforth et Jane Morris. Il est le mieux rappelé pour sa peinture et sa poésie.

Marjorie Thomsen. La collection de poésie de Marjorie Thomsen, Pretty Things Please (Turning Point, 2016), obtient son titre de demander Pretty Things Beer et Ale Project pour nommer tout ce qu'elle ne peut pas, car ils ont des noms géniaux pour leurs bières. Deux fois nommé du Prix Pushcart, ses poèmes ont été largement publiés et ont reçu des prix de première place du New England Poetry Club et de l'Université de l'Iowa School of Social Travail. Elle vit à Cambridge, dans le Massachusetts.

César Vallejo (Poète, dramaturge, écrivain, journaliste) est né au Pérou. Il est considéré comme un véritable innovateur poétique. Il était membre de une société d'intellectuels, groupe nord de la ville péruvienne, Trujillo. Il a étudié à l'Université nationale de San Marcos, à Lima. Un échec l'affaire l'a amené à perdre son poste d'enseignant, il a été emprisonné et a fui vers l'Europe et Paris. Sa première maîtresse française était Henriette Maisse, et il épousa plus tard Georgette Philippart, qui finit par mourir à Paris. Il se souvient le mieux de ses livres de poésie, y compris The Black Herald et Trilce.